#3 : Défi 4’000

 

Les hauts sommets en font rêver plus d’un. Souvent considérés à tort comme des terrains de jeu réservés aux alpinistes confirmés, Pour ce troisième numéro de la Bucketlist Weekngo, on t’emmène vivre ton premier 4’000 ; une expérience unique, à te couper le souffle, au sens littéral et figuré !

Faire une bucketlist, c’est en quelque sorte mettre ses rêves sur papier pour ensuite les réaliser, un par un. Impossible donc pour nous de ne pas réserver un numéro à nos chers « 4’000 », ces fameuses montagnes qui flirtent avec le ciel des Alpes.

Aucune photo ne transmettra jamais la sensation magique ressentie au moment où les premiers rayons du soleil viennent caresser les arêtes des plus hauts sommets. Des instants forts en émotion, où le silence et la solitude se mélangent à la beauté du paysage, pour faire naître un sentiment de petitesse face à l’immensité de la nature. On en revient changé, des souvenirs pleins la tête et nos limites repoussées.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, poser le pied sur l’un de ces sommets n’est pas réservé à l’élite des alpinistes. Pour se lancer, il faut avoir le pied sûr, s’accompagner d’un guide et s’équiper du matériel nécessaire, adapté à une telle ascension.

Le plus accessible autour de Zermatt : le Breithorn à 4’164 m

Le tour de chauffe pour qui souhaite se lancer dans la discipline ; facile d’accès, on s’en approche dans un premier temps par le téléphérique jusqu’au petit Cervin, connu également sous le nom de Matterhorn glacier Paradise, culminant à déjà 3’883 mètres. Ici déjà, la vue est dingue. On évolue ensuite sur la neige et la glace, sur une montée en pente douce pendant environ 2 heures. L’hiver, on peut enfiler les skis pour partir à la conquête du sommet.

Le cadre est somptueux et on se sent tout proche du Cervin ; une expérience assez impressionnante pour une première fois. De là-haut, on profite d’un panorama à couper le souffle sur une trentaine de sommets à plus de 4’000 mètres.

Ce petit couple a tenté l’expérience à l’occasion de leur anniversaire de mariage, un joli challenge à partager avec ceux que l’on aime !

Au coeur du massif des Mischabels : l’Allalinhorn à 4’027 m

Surplombant le village alpin de Saas-Fee, l’Allalinhorn est lui aussi connu pour son ascension facile : on peut monter en télécabine et avec le métro alpin jusqu’à arriver à 3’445 mètres. Ensuite, une marche sans difficulté technique débute, pour environ deux heures.

Pour ceux qui voudraient y ajouter de la difficulté, il est possible de passer par Hohlaubgrat : un passage de grimpe, mais toutefois accessible pour quelqu’un qui a le pied sûr et qui est en bonne condition physique.

Une frontière entre deux mondes : le Weissmies à 4’023 m

Au départ de l’arrivée des télécabines de Saas-Grund à Hohsaas, son ascension peut se fait à la journée, mais dormir à la cabane de Hohsaas est aussi une possibilité appréciée pour une meilleure acclimatation et profiter d’un départ aux aurores.

Pour les plus téméraires, on peut monter le premier jour à l’Almagellerhütte et le jour suivant, faire la traversée sur l’arête jusqu’au sommet du Weissmies. On redescend alors par Hohsaas et on termine par prendre le télécabine pour rejoindre Saas-Grund. Une option plus technique, mais toutefois bien accessible si on a le pied sûr.

Le 4000 des dames : le Bishorn à 4’153 m

Celui-là, bien que son surnom ait peut-être une certaine connotation que l’on a apprécie qu’à moitié, on le gravit par l’unique force des mollets. Le premier jour, on monte à la toute nouvelle cabane de Tracuit et le lendemain, on entame l’ascension à travers les crevasses du glacier de Tourtemagne. Ici non plus, pas de difficulté technique, mais une jolie montée quand même !

Au coeur du Val d’Aoste : le Gran Paradiso à 4’061m

Pour celui-ci, on s’en va du côté italien des Alpes, en Vallée d’Aoste. Cette course se réalise sur deux jours : le premier, on rejoint le refuge de Vittorio Emmanuele et on se ré-gale. Le lendemain, on se lance en direction du sommet du Gran Paradiso : la marche est longue et le dénivelé est important, mais si tu es sportif et en bonne conditions physique, c’est ok ! En hiver, on peut faire cette course à ski.

Un objectif encore plus fou ?

Pourquoi ne pas viser encore plus haut ! Enfin, plus technique en tout cas. On pourrait, par exemple, envisager un sommet emblématique comme le Cervin ?

Voir à quoi ressemble le monde depuis le sommet du Toblerone beaucoup en rêvent, peut-être toi ? Dis-toi que rien n’est impossible. Il suffit de s’en donner les moyens. Un programme de préparation, une bonne condition physique, un encadrement professionnel et une motivation sans faille plus tard et tu y es ! Emotions forte et aventure exceptionnelle garanties.

Si notre article a réveillé ta curiosité et ton instinct d’aventurier, Sabine qui a de nombreux sommets de plus de 4000m à son actif peut volontiers te donner 2 ou 3 conseils. Tu peux la contacter à l’adresse sabine@weekngo.ch ou via nos réseaux sociaux !

On se voit là-haut ! 😉

Si toi aussi tu aimerais contribuer à la Bucket List Weekngo, fais nous parvenir tes spots préférés. Utilise les #bucketlist & #weekngo et identifie-nous sur tes clichés ou écris-nous directement pour nous partager tes trésors !